lundi 27 février 2017

Synesthésie


     Trois bouches - Y. Deligne 2017


Je dérange le sens unique des replis
ce en quoi je suis vue et où tu regardes
quand les articulations transparaissent
le long de la lisière du monde en noce
un brillant vernis des bouches aisées. 
Et je déchiffre les ondes nerveuses sur ta poitrine
le nom des feux où tu captes la première teinte
d'une sève arborescente pour un seul périple
jaspe féru à la jointure n'est pas sommet
un greffon grimpant sur ta bouche. 
Si tu édifies en tour d'adresse émotif
l'ultime présent conjugué au dit-non-lieu
parce que ce temps néant ne sera pas durée
même si des questions natives s'implantent
je serais ta bouche en écharde pleine.



vendredi 24 février 2017

Vaste voie parallèle ( Todorov, Pasternak, Tsvetaeva, toujours la conquête )




À la fin du printemps 1930, Pasternak a l'impression d'être arrivé dans une véritable impasse. Il s'en confie encore à sa cousine : " Le sentiment de la fin vient de plus en plus souvent me hanter, et il émane de ce qu'il y a de plus décisif dans mon cas, de mes observations sur mon travail. [...] Je suis impuissant à la remettre en marche : je n'ai pas participé à la création du présent et je n'ai pas d'amour véritable pour lui. [...] Je n'ai pas de perspectives, je ne sais ce qui adviendra de moi. " Pour pouvoir écrire, le poète doit être en harmonie avec son temps, or Pasternak a beau se forcer, il ne s'y reconnaît pas. Que faire ? [...]
                       _ Tzvetan Todorov, Le triomphe de l'artiste
                                                         [ Choisir sa voie ]


                                                                       ◊
                   

Dans les cris et babils d'un cercle de voyants :
Colombes des rencontres et aigles des séparations. 
Prends de ma main :
Branche ou glaive !
Gazouillis des rencontres,
Fracas des séparations.
               _ Marina Tsvetaeva, Congères, 2 mars 1922
                   Poésie lyrique, poèmes de maturité ( 1921-1941 )
                                                                         
                   
                                                                      ◊

Vendredi inconnu mais commencé
qu'importe maintenant le silence de nos pairs
tu vois, les jours se nichent là où nous imaginons
là sur ton épaule où je sème le printemps
là où la conquête est devenue la flèche.



samedi 18 février 2017

En mouvement



Le jour s'était levé, la Terre continuait de tourner. Mais plus comme avant.


Kairos



Il n'y a pas de vérité de l'un à l'autre, qu'une façon singulière d'exprimer la complexité du lien amoureux. Pas d'objets futiles à la terrible conquête. Je me lève avec le véritable, sensiblement ce véritable. Le sens premier nous tue. Au deça-delà, la matière transfère des réflexions que tu tiens, que je noue, que tu délies, mais je m'entête. Une matière nouvelle est à recréer sans cesse. Les beaux-arts que tu me donnes dans le limbe d'une exclusivité, _ cette forme d'inconstance dans laquelle je résiste et où je me débats seule en une contorsion. Toute la beauté d'une rencontre revient à moi. Je m'étire. Ces beaux-arts du mélange de ton regard à mon exigence, de ton féminin sur mon masculin. Le sujet de notre lieu unique soulève mes membres, je m'étire encore plus profondément que l'antre du silence. Jeu de rime au présent, " pré-vers " la caresse de la renaissance.




Seul



Seul dans la pénombre froide de l'appartement, il savait désormais que la Terre avait cessé de tourner et que le soleil ne se lèverait plus jamais.


jeudi 16 février 2017

Arles nos yeux

© Bernard Plossu, Western Colors / Textuel


                     Sans qu'on se consulte
                 les bois craquaient l'artifice
                 des chapelles promises aux initiés.
                     Sans qu'on se consulte
                 des couleurs fuguaient de nos yeux
                 nos mains ouvertes au jus germé.
                     Sans qu'on se consulte
                 tu conduis l'essence
                 j'essaie l'hymne.




mercredi 15 février 2017

Transmutation

De faux espoirs, tellement faux qu'ils en devenaient vrais au point de transformer les rêves les plus hasardeux en une réalité indéniable.

mardi 14 février 2017

Je fais des phrases

Je suis, paraît-il, un écrivain.
Mais qu’est-ce que j’écris ?
Je fais des phrases.
Sans sujet, verbe, attribut ou complément.
J’ai appris les mots,
ils m’ont appris des choses.
A mon tour je leur apprends une manière de nouveau comportement.
Antonin Artaud, 1947

lundi 13 février 2017

Pleine lune

Tendre est la nuit bercée par le rythme régulier du chant des petites vagues qui se couchent, l'une après l'autre, sur le rivage.

dimanche 12 février 2017

L'oeil du médium ( Mythologie III )


Mythologie III - L'oeil du médium. ©K.D
        


                                                        passion folle
                                                         fossile
                                                         fabrique le son
                                                         sous le rouleau
                                                         lent - si lent
                                                         voile défaut
                                                             imparfait
                                                         vois ta voix
                                                         voussure labiale
                                                          consonne fatale
                                                        passe-passe.

                                   
                                                                         
                                                                     
                                                                   
                                                                     

dimanche 5 février 2017

Ascendant ( Rencontre nocturne avec Paul Bowles, le Scorpion sur la langue )




                        Du côté le plus haut de la vallée circulaire, un fleuve se précipitait des falaises vers un immense chaudron de vapeur et de tonnerre ; il se faufilait ensuite tout le long des falaises, puis, ayant trouvé une brèche à l'autre bout de la vallée, se frayait sans hâte, discrètement, une voie sans rapides ni cascades pareille à une corde d'eau épaisse et noire dévalant la colline entre les flancs polis du cañon. Au-delà de la brèche, la terre s'étendait à ciel ouvert et devenait agréable ; le village était niché sur une petite colline, juste à l'extérieur.

                                   __ Paul Bowles, Le Scorpion, [ La Vallée circulaire ]
                                           Rivages, traduit de l'anglais par Chantal Mairot.

 

           
                          Le bruit d'une caravane au lever
                          la voie nouvelle dans l'imagerie
                          sur la langue des psaumes éperdus
                          ciselure du relief sur le laurier
                          noble passion sans garde-fou
                          insaisissable.
                          Et les passants légers lisent sous la langue
                          nulle danse au rythme du passage physique
                          les détails meurent dans les saillies de l'amour
                          ascendant impénétrable.
                          Chéris notre ruine piquée du salut.