vendredi 24 février 2017

Vaste voie parallèle ( Todorov, Pasternak, Tsvetaeva, toujours la conquête )




À la fin du printemps 1930, Pasternak a l'impression d'être arrivé dans une véritable impasse. Il s'en confie encore à sa cousine : " Le sentiment de la fin vient de plus en plus souvent me hanter, et il émane de ce qu'il y a de plus décisif dans mon cas, de mes observations sur mon travail. [...] Je suis impuissant à la remettre en marche : je n'ai pas participé à la création du présent et je n'ai pas d'amour véritable pour lui. [...] Je n'ai pas de perspectives, je ne sais ce qui adviendra de moi. " Pour pouvoir écrire, le poète doit être en harmonie avec son temps, or Pasternak a beau se forcer, il ne s'y reconnaît pas. Que faire ? [...]
                       _ Tzvetan Todorov, Le triomphe de l'artiste
                                                         [ Choisir sa voie ]


                                                                       ◊
                   

Dans les cris et babils d'un cercle de voyants :
Colombes des rencontres et aigles des séparations. 
Prends de ma main :
Branche ou glaive !
Gazouillis des rencontres,
Fracas des séparations.
               _ Marina Tsvetaeva, Congères, 2 mars 1922
                   Poésie lyrique, poèmes de maturité ( 1921-1941 )
                                                                         
                   
                                                                      ◊

Vendredi inconnu mais commencé
qu'importe maintenant le silence de nos pairs
tu vois, les jours se nichent là où nous imaginons
là sur ton épaule où je sème le printemps
là où la conquête est devenue la flèche.